Interview avec Cleymoore : Rencontre avec le Maestro de l’Audiovisuel

Dans le monde effervescent de la musique électronique, où les notes se perdent souvent dans l’obscurité des discothèques et où les rythmes peuvent facilement se confondre, un artiste se démarque par son approche unique et sa capacité à toucher profondément l’âme. Cleymoore, avec son Label “Ring Of Neptune“, a créé un univers qui ne se limite pas seulement à des ondes sonores, mais qui embrasse également des spectacles visuels envoûtants. Pour lui, l’essence de la création ne réside pas dans la quête de la gloire, mais dans le désir profond de connecter, de toucher et d’inspirer.

Suivre Cleymoore:

Spotify I Soundcloud I Facebook I Instagram

TechnoMag a eu le privilège de s’asseoir avec cet artiste emblématique pour explorer sa vision, ses aspirations et ses conseils pour les aspirants musiciens. Dans cette conversation, Cleymoore partage non seulement son voyage personnel, mais aussi sa perception des réalités de l’industrie musicale et la nécessité pour les artistes de trouver leur voix unique.

Interview avec Cleymoore : L’artiste audiovisuel qui fusionne musique et design


TechnoMag :

Salut Cleymoore ! Merci d’avoir accepté de discuter avec nous aujourd’hui. Pour commencer, peux-tu nous parler un peu de ton parcours et de ce qui t’a inspiré à devenir un artiste audiovisuel ?

Cleymoore :

 Mon amour pour les arts a toujours été présent. Cela a commencé avec les bandes dessinées et les jeux vidéo, et s’est élargi au fil des années à tous les domaines des arts graphiques. Ma passion pour la musique vient de mon père ; il n’est pas musicien et ne travaille pas dans le milieu musical, mais il était constamment à la recherche de nouvelles musiques. Même quand j’étais très jeune, mon père m’a exposé à de nombreux genres musicaux que l’on ne considère généralement pas adaptés à un enfant. C’est ainsi que la musique est devenue une obsession pour moi. Cette obsession, associée à mon amour pour les graphismes, a créé une curiosité innée pour le monde audiovisuel, et très vite, j’ai voulu le créer moi-même.

TechnoMag : 

Quelle est l’histoire derrière le nom “Cleymoore” ? Comment as-tu choisi ce pseudonyme ?

Cleymoore : 

Je me souviens avoir regardé à l’époque une série animée appelée “Claymore” ; le nom me semblait cool, et pour une raison quelconque, j’ai eu envie de l’utiliser. En même temps, j’avais déjà vu ce mot utilisé dans d’autres contextes : une mine de la Seconde Guerre mondiale développée par les États-Unis / une épée massive du Moyen Âge. Le problème avec l’utilisation d’un tel nom est que ces références apparaîtraient toujours en premier, donc j’ai changé le ‘a’ en ‘e’ et ajouté un ‘o’ supplémentaire, rendant une recherche Google plus précise. SEO, bébé !

TechnoMag : 

Tu es le fondateur du collectif Pluie/Noir. Peux-tu nous en dire plus sur cette initiative et ce qui t’a inspiré ?

Cleymoore : 

J’ai toujours été attiré par les pochettes de disques avec de superbes illustrations. Pour moi, acheter un disque est quelque chose de très visuel. Donc lorsque j’ai lancé Pluie/Noir, je voulais que ce soit un projet très visuel, qui plaise à la fois aux personnes attirées par les arts visuels et à celles qui voulaient écouter de la musique électronique chez elles. Pas nécessairement de la musique pour faire la fête, mais de la musique sur laquelle on pourrait certainement danser si on le voulait, sans être obligé de le faire. Quelque chose de plus mental, souvent minimaliste. Ainsi, croiser les mondes audiovisuels m’a semblé crucial. J’ai contacté des artistes graphiques pour interpréter visuellement la musique, ou des producteurs de musique pour traduire les visuels en musique, et j’ai créé ce dialogue organique sur toutes les sorties et tous les podcasts, où à la fois les musiciens et les artistes visuels avaient une voix. Le label est devenu entièrement axé sur la musique, l’art et l’interaction entre les deux. Cette approche holistique a été essentielle pour son succès.

TechnoMag : 

Ton collectif a connu une croissance impressionnante et a sorti de nombreux podcasts, cassettes et vinyles. Comment sélectionnes-tu les artistes avec lesquels tu travailles, et quelles valeurs recherches-tu chez eux ?

Cleymoore : 

J’essaie toujours de trouver un équilibre entre satisfaire mon goût en évolution et celui du public, qui finit par acheter les disques. Quand le projet a commencé, j’ai fait participer certains poids lourds de l’industrie, comme Fumiya Tanaka ou Petre Inspirescu. Ce sont des héros et d’excellents exemples d’artistes avec une signature musicale puissante et un grand respect pour les arts visuels. Peu à peu, mon attention s’est portée sur les talents plus récents, plus jeunes et moins expérimentés, qui ont souvent besoin d’une voix dans le monde de la musique. Cependant, je continuais à rechercher des artistes avec une signature sonore particulière et un style d’expression reconnaissable. En ce qui concerne les sorties, mon processus est toujours le même : j’obtiens généralement la musique d’artistes proches de moi ou d’amis d’amis. Ensuite, je la fais écouter à un artiste graphique, un peintre ou un photographe qui l’écoutera, puis me proposera quelque chose en lien avec la musique, selon sa vision personnelle. C’est un travail d’amour, et ça l’a toujours été.

TechnoMag : 

Quelles sont les collaborations audiovisuelles les plus mémorables sur lesquelles tu as travaillé avec Pluie/Noir ? Y a-t-il un projet en particulier qui t’a marqué ?

Cleymoore : 

Toutes les collaborations que j’ai organisées se sont avérées uniques en leur genre, et elles ont toutes leur propre petite histoire qui fait intrinsèquement partie de ma vie et de ma croissance en tant qu’artiste et personne. Mais l’un des projets les plus personnels de l’histoire du label a sans aucun doute été la compilation du premier anniversaire. Un moment ardu mais très déterminant pour ma carrière. J’ai beaucoup appris.

TechnoMag :

En plus de ton travail avec Pluie/Noir, tu es également un DJ bien connu. Qu’est-ce qui te motive en tant que DJ, et qu’est-ce que tu apprécies le plus dans les performances en direct ?

Cleymoore : 

Le dialogue invisible et inaudible entre moi et le public. Cette tension créée par l’inconnu, entre satisfaire mon goût en évolution et celui du public, qui doit finalement être satisfait. La plupart des DJs oublient que notre “métier” est un travail, tout simplement parce que nous nous amusons la plupart du temps en le faisant. Le salaire de nombreuses personnes dépend de nos performances, du personnel du club aux promoteurs. En tant que DJ, nous avons le pouvoir d’amener, d’éloigner ou de maintenir les gens sur la piste de danse ou dans le club. C’est une tâche importante ; satisfaire les fêtards avec de la musique qu’ils aiment danser. Le juste équilibre entre ce que les gens veulent écouter et ce que je veux jouer, voilà le défi que j’aime. Et finalement, jouer de la musique que les gens ne savaient même pas qu’ils voulaient entendre en premier lieu. Cela ne peut être réalisé qu’en maintenant un dialogue confortable et confiant avec le public. Un jeu de donner et de recevoir. Des compromis.

Je suis également constamment obsédé par le tempo, les gammes musicales, les tonalités et les grilles rythmiques. Surtout depuis que j’ai commencé à étudier la théorie musicale, l’expérience de DJ est devenue beaucoup plus complexe mais intéressante.

TechnoMag : 

Peux-tu nous parler de ton processus créatif lorsque tu travailles sur une nouvelle production musicale ou un projet audiovisuel ?

Cleymoore : 

Je n’ai pas de processus particulier. Je n’ai jamais étudié la musique, je suis complètement autodidacte, et j’ai des degrés variables de TOC qui, avec le temps, me poussent à développer des obsessions (très saines) pour apprendre de nouvelles choses et expérimenter. J’aime partir de zéro, toujours. Je peux utiliser les mêmes outils, mais jamais la même toile, que ce soit en arts visuels ou en production musicale. Je peux créer une piste en une heure, ne pas y toucher pendant un an, puis y revenir et la terminer. Parfois, je peux être obsédé par une piste et la terminer en quelques jours, parfois en quelques heures, ou jamais du tout.

De nos jours, j’aime aborder la musique de manière très expérimentale, ce qui est en grande partie dû à mon amour (relativement récent) pour les synthétiseurs modulaires. La création de musique générative, par exemple, me fascine. L’idée que l’on peut définir tout un univers de règles et que notre propre univers générera de la musique en conséquence, pour une durée infinie mais éphémère, est absolument fascinante.

TechnoMag : 

Parlons de ta reprise de “Schism” de TOOL. Comment t’est venue l’idée de revisiter cette chanson, et quelle approche as-tu adoptée pour la transformer en quelque chose de nouveau ?

Cleymoore : 

Tool a été une influence majeure pour moi et mon éducation musicale. Cela m’a ouvert l’esprit aux polyrythmies et aux signatures rythmiques complexes, qui sont très présentes dans mes dernières sorties (et à venir). Ces signatures rythmiques sont parfois présentes dans les morceaux d’IDM, mon genre musical préféré jusqu’à présent.

J’ai toujours voulu reprendre “Schism”, mais je n’ai jamais osé me plonger dans les détails complexes de sa signature rythmique. Lorsque Sound of Berlin m’a contacté pour le projet Berlin Undercover, je me suis dit : “pourquoi ne pas essayer maintenant”. Berlin est un épicentre du changement ; ses circonstances historiques complexes et nuancées résonneront à jamais dans ses rues. Et au cœur de tout cela, il y a une scène artistique en pleine ébullition qui est en mutation constante, tout comme la ville elle-même. Pour le projet Berlin Undercover de Sound of Berlin, je voulais présenter un mélange improbable de rock progressif et de techno, en hommage à l’histoire punk de Berlin et à son caractère métro-caméléon. Je voulais expérimenter avec un kick régulier en 4/4 sous ses signatures rythmiques extrêmement inhabituelles en 12/8, 5/8 et 7/8, principalement parce que le son de Berlin est profondément lié à la techno. J’ai également essayé de traduire les chants de Maynard en synthétiseurs et en chœurs synthétisés. Cela lui donne une ambiance très différente. TOOL a également été une influence majeure pour moi et mon éducation musicale. Cela m’a ouvert l’esprit aux polyrythmies et aux signatures rythmiques complexes, qui sont très présentes dans mes dernières sorties (et à venir) et très présentes dans de nombreux arrangements techno de mes producteurs préférés. De telles signatures rythmiques sont généralement aussi présentes dans les morceaux d’IDM, mon genre musical préféré jusqu’à présent.

TechnoMag : 

Quelles sont tes principales sources d’inspiration en tant qu’artiste ? Comment parviens-tu à rester créatif et à repousser les limites de ton art ?

Cleymoore : 

Je suis dans un cycle constant de travail et d’apprentissage de nouvelles choses, en particulier sur moi-même. Mais ma plus grande source d’inspiration sera toujours le flux émotionnel du monde audiovisuel. Si quelque chose me touche, cela m’inspire à créer. Impressionner les autres avec mon travail, même s’il ne s’agit que d’une seule personne, maintient également ma motivation intacte. Les films, les séries et les jeux vidéo restent mes sources d’inspiration préférées. Collectionner avidement de la musique sous forme de vinyles ou de cassettes est également une source d’inspiration, car je suis bombardé d’idées audiovisuelles. J’achète non seulement un disque, mais j’acquiers aussi un produit physique avec un design et une œuvre d’art uniques que je suis censé vivre pleinement.

J’ai également recommencé à lire des bandes dessinées, notamment des mangas, que j’ai toujours aimées mais que j’avais besoin d’explorer davantage. J’apprécie ce médium encore plus maintenant qu’avant, en particulier les mangakas japonais comme Inio Asano, Junji Ito ou Makoto Yukimura, ou l’auteur américain Neil Gaiman (créateur de la fantastique série “Sandman”). J’avais besoin de plus de maturité pour comprendre pleinement leur profondeur. Ils m’inspirent profondément, non seulement visuellement, mais aussi intellectuellement. Et bien sûr, les systèmes modulaires. Ils ont ouvert une boîte de Pandore que je ne savais pas avoir en moi. Rien de tel : ils sont complexes et parfois imprévisibles, franchement capricieux mais infiniment inspirants. Je suis tombé amoureux de Make Noise après l’avoir essayé dans le studio d’Orbe à Madrid. J’ai étudié et appris tout ce que je pouvais apprendre sur les systèmes modulaires pendant toute une année avant de me lancer. Je voulais être sûr de moi et utiliser mon argent de manière responsable. Un an plus tard, j’ai construit un système personnalisé Black & Gold Shared System et étendu mon système à un boîtier Intellijel, ce qui a considérablement élargi le monde des possibilités sonores. Tout ce qui est modulaire est ma principale source de création musicale, aux côtés du moteur Wavetable sous-estimé d’Ableton et des instruments et effets Max MSP.

TechnoMag :  

Peux-tu nous parler d’une anecdote intéressante ou d’un moment clé de ta carrière qui t’a profondément influencé en tant qu’artiste audiovisuel ?

Cleymoore :

 Avoir des gens venir vers moi à différentes occasions, dans différents pays, pour me dire que la série de podcasts Pluie/Noir et son univers audiovisuel ont “sauvé leur vie” dans des moments de détresse émotionnelle a été, et sera toujours, les commentaires les plus précieux que j’aie entendus de toute ma carrière. Je n’ai jamais cherché la célébrité, donc savoir que j’ai touché quelqu’un émotionnellement me suffit.

TechnoMag :  

Quels sont tes objectifs à long terme en tant qu’artiste ? Y a-t-il quelque chose que tu aimerais accomplir ou explorer davantage dans ton parcours artistique ?

Cleymoore : 

Je suis de plus en plus attiré par le monde des bandes sonores. Mes obsessions actuelles tournent autour de la composition pour tout ce qui est visuel, que ce soit des graphiques animés, un film, un jeu vidéo ou une pièce de théâtre. Je suis également profondément connecté au monde du cinéma, et c’est un monde que je veux et que j’ai besoin d’explorer ensuite. Non pas que créer de la musique pour les pistes de danse soit complètement hors de propos ; elles sont simplement devenues secondaires dans ma quête.

TechnoMag :  

Quels conseils donnerais-tu aux jeunes artistes aspirants ? Quelles sont, selon toi, les clés du succès ?

Cleymoore : 

Les tendances dans l’industrie musicale et nocturne vont et viennent à la vitesse de la lumière, et travailler dans ce secteur peut rapidement devenir une source de frustration. Avec la prévalence des réseaux sociaux, il est courant que les artistes se comparent à leurs pairs ou à d’autres artistes qu’ils admirent, ce qui peut les amener à remettre en question leurs capacités et leur réussite. Mais il est important de se rappeler que la notoriété est souvent complètement détachée de la qualité. Au milieu de ce brouhaha, les artistes et les labels doivent développer leur propre voix. Les personnes avec lesquelles vous vous entourez et la scène que vous explorez auront un impact sur votre carrière, mais créer un univers personnel et unique est absolument essentiel. Bien que les réseaux sociaux jouent un rôle important dans la visibilité de la production d’un artiste ou d’un label, ils devraient être utilisés avec prudence, de préférence comme un outil d’expression. Trouvez votre propre voix à votre propre rythme, et restez résilient.

Conclusion

Cleymoore est un artiste audiovisuel talentueux qui marie musique et design de manière innovante. Son collectif Pluie/Noir offre une plateforme unique pour les collaborations audiovisuelles, mettant en avant des artistes internationaux. En tant que DJ, Cleymoore se distingue par ses performances captivantes dans des clubs et festivals renommés. Sa reprise de “Schism” de TOOL démontre sa créativité et son habileté à fusionner différents genres musicaux. Cleymoore continue de laisser une empreinte artistique durable et d’inspirer les passionnés de musique électronique à travers le monde.

5/5 - (6 votes)

About Author /

Start typing and press Enter to search

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors