Interview avec 69db: Entre avis et coups de gueule, il nous partage tout !

Nous avons eu la chance de poser quelques questions à 69db et il nous a très vite plongés dans son univers avec ses réponses riches en informations. C’est d’ailleurs pour cela que nous avons choisi de vous laisser l’interview au plus brut afin de ne pas dénaturer ce qu’il a pu nous partager. 69db est une figure emblématique de la free party et un membre influent des Spiral Tribe. Dans cet entretien exclusif, il nous dévoile son parcours riche et atypique, depuis ses débuts avec les percussions jusqu’à son immersion dans la techno et l’acid house. 69db partage également son avis sur les Teknivals et la free party aujourd’hui, son amour pour l’improvisation live et son évolution musicale vers les DAW. Une exploration captivante de l’histoire de la teuf et des mouvements underground européens, racontée par l’un de ses acteurs les plus passionnés et authentiques.

Suivre 69db

Notre interview avec 69db

Un raveur qui ne peut pas donner 5 euros à la famille ne mérite aucun respect. Ils ne sont que des CON-SOMMATEURS UNDERGROUND !

69db

Parle-nous de toi, de ton parcours dans la musique et de ton aventure avec SP23

J’ai commencé à jouer de la batterie à l’âge de 8 ans et jusqu’à l’explosion de l’acid house de Chicago (qui a éclaté en 1988 au Royaume-Uni), j’étais plus intéressé par la musique avec des percussions humaines plutôt que des boîtes à rythmes. L’acid house était une musique entièrement créée à partir de machines, ce qui lui donnait une validité car c’était pour moi de la percussion électronique. Je suis donc immédiatement devenu un raveur.

À cette époque, je squattais dans la même région que Mark, un des fondateurs de Spiral Tribe. Nous allions aux mêmes fêtes et expérimentions avec des psychédéliques. J’ai assisté à la toute première fête de Spiral Tribe en septembre 1990, au nord-est de Londres. C’était très familial et les gens étaient vraiment sur la même longueur d’onde. À cette époque, j’avais commencé des études de musique à Leeds, donc en semaine, j’étais en cours, et le week-end, je voyageais à Londres pour faire de la musique de rue dans la ligne Piccadilly pour gagner de l’argent. Puis, j’allais rejoindre la Spiral Tribe.

J’ai découvert que dans le sous-sol de l’école, ils avaient un échantillonneur et quelques équipements de base pour faire de la musique électronique. J’ai donc commencé à faire de la techno et du breakbeat. Un an et demi plus tard, j’ai suggéré à Spiral Tribe de créer un label et ils étaient partants. Avec l’argent des dons de la fête Spiral Tribe / Circus Normal au Roundhouse pour le Nouvel An 1992, nous avons créé le tout premier disque de Spiral Tribe.
L’étape suivante pour moi a été de quitter l’école et de m’investir à 100 % dans Spiral Tribe. À cette époque, nous avons signé un contrat avec Butterfly Records, dirigé par Youth. Nous avons réalisé 3 EP et un album. Avec l’argent, nous avons monté le studio d’enregistrement mobile de Spiral Tribe.

À ce moment-là, il était devenu très difficile pour Spiral Tribe de fonctionner au Royaume-Uni, alors l’équipe a décidé d’aller en France. Je suis venu avec notre studio mobile une fois que j’avais fini les dernières pistes pour l’album. Avec Simon (Crystal Distortion), nous avons commencé à créer les origines du genre Hard Techno/Tribe qui deviendrait le son dominant en studio (et en live) de Spiral Tribe. Ce son est finalement devenu la musique principale de la scène des Free Party en Europe dans les années 1990. Nous avons également aidé les membres de la Tribe qui voulaient faire des morceaux ou apprendre à utiliser l’équipement.

Pendant que nous faisions cela, Simon et moi avons commencé à développer notre version de l’improvisation live. Nous mettions le studio au milieu de la piste de danse et commencions à jouer. Cela est devenu l’élément dominant de ma musique. L’improvisation était tout pour moi et a même commencé à influencer la façon dont je créais mes morceaux. Pendant toute cette période musicale, nous, en tant que groupe, avons créé la scène Teknival et voyagé à travers la France, les Pays-Bas, Berlin, la République tchèque, l’Autriche et l’Italie, lançant des mouvements pour les Free Parties dans tous ces pays.

En 1996, Spiral Tribe se divisait et avec Simon et Jeff 23, nous avons sorti une série d’environ 35 EP sur notre label Network 23 Recordings. Les EP comprenaient également des artistes tels que Prangsta, Unit Möbius, Curly, Somatic Responses. Ceux-ci ont été très influents dans la définition du son de la scène Free Party européenne. En 1995, j’ai commencé à m’investir dans la scène française car j’étais impressionné par sa croissance depuis notre premier Teknival à Beauvais en 1993 jusqu’à Fontainebleau en 1995. Je pouvais voir que les Français avaient vraiment compris le concept et ensemble, nous avons maintenu un style underground pendant environ 6 ans. Je jouais pour différents crews comme Nomads, PsychiatriK, Furious, Technocrate/Impact, Heretic, 9mm…

J’avais également développé un son dub expérimental à partir de 1994 en improvisant et en faisant du dub avec des beats plus lents et expérimentaux et des basses. Quand Reno d’Expressillon m’a proposé de sortir un album, je venais juste de jouer les morceaux pour l’album Dub-Technic. J’ai aussi rencontré MC Tablloyd à cette époque et avons improvisé ensemble pendant dix ans. Cela a aussi lancé une relation de 11 ans avec Reno des Technocrates sur son label Expressillon.

Vers 2010, le côté artistique et musical de Spiral Tribe a recommencé à se reconnecter et nous avons décidé de recommencer à jouer lors d’événements. Après plus de dix ans à poursuivre nos projets respectifs, nous avons réalisé que nous pouvions organiser des événements où il y aurait une véritable progression musicale et visuelle au cours de la soirée. Nous ne sommes plus à la mode car nous avons tous nos propres styles. C’est génial d’avoir cette liberté. Nous avons décidé de l’appeler SP23 car nous n’utiliserions jamais le nom Spiral Tribe pour un projet commercial ou personnel ! Ce ne serait pas juste de confondre les deux projets, il y a une différence. De plus, nous voulions un collectif où tout le monde est payé de manière égale et où tous nos différents sons et images ont un espace égal. Étant une famille, c’est notre manière de faire depuis le début, donc c’est agréable d’avoir notre propre espace selon nos propres termes pour faire ce que nous faisons. Depuis, nous jouons ensemble et faisons une exposition de notre histoire. La prochaine aura lieu à Barcelone à partir du 31 mai au 15 Juin 2024. 

Elle s’appelle l’Exposition Spiral Tribe.

Utilises-tu un DAW ou seulement des machines pour le live ?

Le plus grand changement que j’ai fait dans l’improvisation en live a été de passer des machines aux DAW. Dans les années 1990, la seule façon de faire ce que je faisais était d’utiliser des machines. Le problème avec l’analogique est que vous êtes aussi bon que votre maillon le plus faible. À moins d’être très riche, vous ne pourrez jamais vous permettre une console de mixage avec les préamplis que je peux utiliser dans un ordinateur. La Mackie 1402 était bien pour les concerts, mais quand c’était votre console de mixage principale en studio, vous aviez juste un son bon marché qui ne pouvait pas rivaliser avec l’équipement de studio coûteux.

Je me suis aussi retrouvé dans la rue un moment en 2010. J’ai réalisé que j’avais accumulé beaucoup d’équipements, mais que ma vie ne me permettrait jamais de les installer ! J’ai compris que le facteur le plus important dans le choix de votre équipement est de savoir qui vous êtes et ce que votre vie exige de vous. Nous avons la chance incroyable de vivre à une époque où tout le monde peut obtenir un excellent son de studio en utilisant des DAW. Mon studio tient dans mon sac à dos. Si la vie change, vous le prenez et suivez le courant.

Pour revenir aux machines, il faudrait me payer dix fois ce que je gagne en tant que performeur 🙂

J’ai enregistré environ 90 % de mes performances live. En écoutant au fil des ans, il ne fait aucun doute que pour moi, mon son est 100 fois meilleur sur un DAW. Je peux en fait publier des choses de mes performances live d’une manière que je ne pouvais jamais faire en utilisant une Mackie 1402. Voilà, tout est dit.

Oh, la prochaine fois que vous sentez l’envie de venir me dire “où sont les machines ?”, j’espère que vous aurez assez confiance en moi pour savoir que je n’aurais jamais fait ce changement si j’avais pensé un seul instant que cela compromettrait mon son ou ma capacité à être spontané et à improviser 🙂 

Alors, ne vous donnez pas la peine de commenter, cela n’en vaut pas la peine. (Ceci est destiné aux personnes qui pensent encore que les machines sont d’une certaine manière supérieures aux DAW.)

Avec quel matériel fais-tu tes live sets ? Comment gères-tu tes presets pour les live ?

Depuis 2010, j’utilise Ableton Live et Maschine Mk3. J’utilise Plug-in Alliance, UAD, SSL pour le traitement du son, Ableton pour l’échantillonnage et le séquençage, Waldorf, ABL, NI pour les synthétiseurs. Maschine 3 est comme un autre cerveau et il est génial d’avoir deux séquenceurs indépendants car vous pouvez jouer avec leur rencontre.

Pour les presets, je crée des bibliothèques dans lesquelles je peux sauter et sortir des éléments quand je joue en live. L’improvisation en live, de mon point de vue, ne consiste pas à improviser en plaçant des notes dans le temps. L’accent improvisationnel porte sur le jeu avec des boucles et des effets. Il y a généralement plusieurs centaines de presets pour chaque synthétiseur ou boîte à rythmes et j’ai environ 1500 boucles samplé sur 6 canaux dans Ableton. De cette façon, j’ai créé une bibliothèque de rencontres possibles. Je pense qu’il est vraiment utile d’accorder autant d’entre elles à la même tonalité, mais un peu d’atonalité n’a jamais fait de mal à personne.

Dans ton studio, j’imagine que tu as quand même des machines… Lesquelles utilises-tu pour produire et lesquelles conseillerais-tu ou préfères-tu ?

Je n’ai pas eu de studio depuis 2013, donc je travaille sur une table dans mon espace de vie. Mes circonstances m’obligent à utiliser uniquement mon ordinateur et mes contrôleurs. (Je ne me plains pas, j’adore le son que j’obtiens.)

Quel conseil donnerais-tu à une personne qui débute dans la production ou dans le monde de la musique techno ?

Soyez vous-même, il y a tellement de gens qui semblent simplement copier. Pas de personnalité. De la musique bien construite, mais sans âme. La seule âme que vous connaissez vraiment est la vôtre, alors faites-lui confiance.

Ayez de bon managers et respectez-les pour ce qu’ils font. En tant que musicien, vous ne pouvez jamais apporter que 50 % de ce qui est nécessaire. Sans de bonnes personnes autour de vous pour faire le reste, vous n’irez nulle part, alors respectez-les. Cela dit, une mauvaise gestion peut vous tuer en tant qu’artiste, alors respectez-les seulement si le respect est réciproque !!!

N’écoutez pas les gens qui vous critiquent ! Vous savez pourquoi vous faites ce que vous faites. Si vous avez tort, la vie vous le fera savoir. Les gens qui pensent vous connaître ne vous connaissent pas !!! Ce qu’ils disent est toujours hors contexte et inutile.

Ne jamais abandonner quand les choses deviennent difficiles. Vous pourriez avoir 5 ans de succès, mais vous redescendrez. La vie est faite de hauts et de bas, personne ne gagne tout le temps. Alors, respectez les gens autour de vous tant qu’ils vous respectent.

N’ayez pas peur de demander le bon prix pour ce que vous faites !! Et aussi, foutre dehors les gens qui vous traitent de vendus et qui vont ensuite acheter un gramme de cocaïne ou quelque chose comme ça. Bande d’hypocrites !!! Dès qu’il y a de l’argent en jeu, il y a du commerce, donc nous sommes tous des vendus. La scène Free Party ferait bien de comprendre cela et de commencer à être plus compréhensive les uns envers les autres.

Y a-t-il des artistes que tu trouves intéressants et que tu aimerais nous faire découvrir ?

Loya, Labelle, Rapoon, Jaco Marron, Mistikri, Sault, Speki Webu, Woody 92, Azu Tiwaline, Marco Shuttle, Beatum, Droppin Caravan, Trackers, Kernal Panik, collectif des Insoumis, FSJS, Freeform…

Question abonnée : Penses-tu qu’il est encore possible de créer des teknivals comme l’Occitek qui s’est déroulé en France en 2004, avec autant de matériel apporté ?


Soyons clairs, en 2004, Teknival n’était pas Teknival, c’était le Sarkoval !!! Bien sûr, vous pouviez apporter beaucoup d’équipement, mais vous l’ameniez dans un espace contrôlé où nous échangions de gros systèmes de son contre notre liberté et notre autodétermination !!!

Dès que Teknival est devenu sponsorisé par le gouvernement, Spiral Tribe a dû se retirer, il n’y avait aucun moyen pour nous d’aller à un événement sponsorisé par le gouvernement !! La seule fois où nous y sommes allés, c’était en 2013, lorsque nous avons été invités par Noise Control Audio (un système de son créé par un membre de Spiral Tribe, Tim) pour qu’ils puissent faire un sound clash contre toutes les autres grandes entreprises de systèmes de son qui, à ce moment-là, utilisaient Teknival pour démontrer leur équipement. Je suis content que nous y soyons allés car cela m’a donné l’occasion de voir et d’expérimenter ce qu’était un Teknival sponsorisé par le gouvernement. Nous avons passé la plupart de l’événement à sauter de la scène pour arrêter des bagarres et le sentiment général était tendu. Il n’y avait pas de solidarité entre les gens et il y avait une énorme clôture tout autour de l’événement avec la police qui regardait à l’intérieur. C’était un peu comme le film District 9.

Quand nous avons entendu dire qu’en 2016, Teknival serait à nouveau organisé par les gens, je suis allé voir. La différence était incroyable. Les gens prenaient soin les uns des autres, il y avait un sentiment de communauté et pas de barrières autour. Pas de bagarres non plus ! C’était la preuve absolue que les autorités ont perdu toute crédibilité avec leur point de vue sur la santé et la sécurité. Il y a eu des décès lors de rassemblements commerciaux et illégaux, il y a eu de la drogue dans les deux types de rassemblements, ils ont perdu l’argument.

Teknival est bien plus sûr lorsqu’il est organisé par les gens que lorsqu’il est organisé par le gouvernement ! Point barre. L’expérience a été faite et le résultat est évident pour tous les concernés. Cela doit être porté devant les autorités et discuté avec clarté et honnêteté. Assez, c’est assez ! Les gens souffrent à cause d’un contrôle gouvernemental irrationnel qui s’est avéré défectueux et dénué de raison. Il est temps qu’ils nous fassent confiance car les preuves montrent que nous gérons cela mieux et plus en sécurité !! Teknival est devenu un autre exemple de la méfiance de l’État envers les gens. Nous travaillons toute la semaine, payons des impôts tout le temps et nous ne recevons toujours aucun respect !! Ça sent la mafia, pas le gouvernement.

Les systèmes de son sont plus petits, mais l’ambiance est plus forte. Alors, que voulez-vous ? Je sais où je me tiens. C’est évident. Fuck Sarkoval 🙂

As-tu un conseil ou un message à faire passer aux sound systems encore actifs en France et ailleurs ?

Tout d’abord, vous devez vraiment vous demander quel type de respect vous souhaitez générer comme point focal pour votre communauté. Est-ce tout à propos de vous donner et ne rien demander en retour ? Est-ce une bonne idée ? Est-ce que donner tout le temps sans retour est sain pour vous et pour les gens à qui vous donnez ? Demandez-vous si c’est un terrain de jeu équitable ou si certains obtiennent plus de la part que d’autres ? Si c’est à propos de Free Party, est-ce que tout est gratuit et sinon pourquoi pas ? Demandez-vous si cela vous convient ?

Donner est un équilibre délicat. Trop donner conduit à des gens qui ne vous apprécient plus à la fin, pas assez c’est de l’égoïsme. Je crois personnellement en une règle pour tous, pas d’exception ! Au moins sur les grandes questions. Donc, si c’est pas d’argent pour la musique, alors ce devrait être pas d’argent pour quoi que ce soit ! Un véritable espace libre sans argent, juste du partage. Gardez votre argent chez vous (vous voyez ce que je veux dire ?) Ou, si certaines choses sont payantes, alors tout doit être payant, y compris la musique ! Payez les DJ et les artistes ainsi que les personnes qui vendent des choses. Nous avons essayé l’autre façon pendant plus de trente ans et le résultat est que tous les bons artistes partent pour se faire payer tandis que tout le monde s’occupe des affaires. C’est la mauvaise direction à mon avis. Mais bon, ce n’est que mon avis. Vous devez décider par vous-même.

Surtout, inspirez les gens à être généreux avec les dons. Ce n’est plus les années 1990, en tant que sound system, vous devez vous concentrer uniquement sur le soin des gens et la gestion de la police lorsqu’elle arrive. Les risques sont élevés rien que pour poser un sound system, vous avez donc besoin d’un soutien financier du public qui passe par des dons pour vous concentrer sur ce qui est important. Ensuite, vous pouvez laisser les affaires aux autres.

SI TOUT LE MONDE DONNAIT 5 EUROS AU FSJS EN MÊME TEMPS, NOUS POURRIONS COMBATTRE L’INJUSTICE ENSEMBLE ET EN SOLIDARITÉ ! IL N’Y A AUCUNE EXCUSE, FAITES DONNER VOTRE PUBLIC, DONNEZ AU SOUND SYSTEM. LA FREE PARTY, C’EST FINI. VIVE LA SOIRÉE SOLIDAIRE !!!

69db

Si vous êtes si naïf que vous pensez qu’il n’y a pas de business, demandez-vous combien les gens paieraient lors d’une free party pour tout ce dont ils ont besoin, puis voyez ce que vous en pensez ! Vraiment, avec la quantité d’argent échangé de mains à mains lors d’un événement entre carburant, packs de bière, etc., un raveur qui ne peut pas donner 5 euros à la famille ne mérite aucun respect. Ils ne sont que des CON-SOMMATEURS UNDERGROUND !

La teuf c’étaient mieux avant ?

Pour répondre à cela, il faudrait avoir expérimenté chaque teuf jamais organisée, ce qui est impossible, alors n’y pensez même pas. Contentez-vous de faire en sorte que ce soit aussi bien que possible.

Quels sont tes projets futurs ?

Wave Arising est un projet qui fusionne le mouvement et la musique en improvisation afin de regarder plus en profondeur. Pour être honnête, quand 99 % de la scène est à propos de se défoncer et de faire la fête, il est bon d’essayer de créer des espaces alternatifs où nous pouvons essayer d’autres choses. Mon expérience des retraites silencieuses m’a fait comprendre que la musique et la danse peuvent être des formes de méditation en elles-mêmes. Donc, mon principal objectif pour l’instant et pour l’avenir est de développer cela.

Je veux aussi créer une plus grande dynamique dans ma musique et jouer tous les styles.

Consultez Wave Arising sur Bandcamp, il y a un nouvel album à écouter et à acheter.

Suivre Wave Arising

Simon et moi avons également relancé Network 23 Recordings et nous faisons actuellement une série de disques intitulée “23 Records or Bust !!”. Après le succès de nos disques sur PRSPCT et Sound Metaphors, nous avons décidé de sortir toutes nos productions des années 1990 sur Network 23 Recordings. Une face sera Crystal Distortion, l’autre 69db. Dans la série à venir, je sortirai des morceaux inédits de mes live sets des années 1990. Cette musique n’a jamais été sur vinyle auparavant, alors il vaut la peine de l’obtenir tant que vous le pouvez.

Suivre Network 23 Recordings

Conclusion

En résumé, le parcours de 69db est une source d’inspiration pour beaucoup de personnes dans la culture techno. De ses débuts à la co-fondation de Spiral Tribe, il a constamment innové et influencé la scène des Free Parties européennes. Ses conseils sur l’importance de l’authenticité, de la bonne gestion et de l’improvisation sont précieux pour tout artiste et collectif.

Aujourd’hui, avec des projets comme Wave Arising et la relance de Network 23 Recordings, 69db continue de repousser les limites de la musique et de la performance live. Son engagement envers la communauté et l’évolution de la musique électronique demeure une inspiration pour tous.

Merci, 69db, d’avoir partagé ton histoire et tes perspectives avec nous. Ta passion et ton dévouement continuent de façonner et d’enrichir la scène underground.

Je souhaite aussi rappeler aux amateurs de teuf que la free party n’est pas une soirée gratuite. Il faut soutenir les sound systems et les collectifs qui investissent énormément pour vous faire kiffer et qui risquent la saisie à chaque sortie. Parfois, les personnes qui s’investissent pour vous procurer ces moments sacrifient tout pour cela (un système son, ça coûte très cher). La moindre des choses est de commencer à donner un peu plus aux collectifs et aux sound systems si vous voulez que le mouvement de la teuf perdure à long terme.

Oui car, vous n’êtes pas très nombreux à contribuer lors des donations, souvent vous vous contentez de donner quelques clopes ou des pièces. Par contre, pour acheter de l’alcool, de l’essence pour venir et autres depenses, il y a toujours du monde…

Donc, si tu te sens concerné, tu peux faire un petit don au Fonds de Soutien Juridique des Sons (FSJS) pour avoir bonne conscience et aider les orga à récuperer leurs systeme sound lors des saisies. =)

5/5 - (1 vote)

About Author /

Start typing and press Enter to search

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors